CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

affiche Raymond Depardon 2003

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Revue de presse > 8 janvier 2016

Trafic d’enfants en Côte d’Ivoire: dans l’enfer des plantations de cacao

Ils seraient entre 300.000 et un million d’enfants à travailler dans le cacao ivoirien. Corvéables à merci, ils peuvent être affectés à toutes les tâches possibles. Abidjan met en place un plan de lutte pour tenter d’y mettre fin. Mais la tâche s’avère difficile face à une mafia opérant dans les pays frontaliers. Elle a fait du trafic d'enfants vers la Côte d’Ivoire, un marché juteux.

Entre 2012 et 2014, environ 4000 enfants victimes de traite et d’exploitation dans le secteur du cacao ivoirien ont été arrachés à leurs bourreaux. C’est le maigre bilan fourni par ICI, une organisation créée par l’industrie du chocolat pour lutter contre le travail des enfants dans la filière.
23 personnes ont été jugées en Côte d’Ivoire, dont 18 seulement ont été condamnées à des peines d’emprisonnement ferme et cinq à des peines avec sursis. Pas de quoi décourager les organisateurs de ce fléau auquel la chaîne franco-allemande ARTE avait consacré en septembre 2011 un documentaire intitulé La face cachée du chocolat.
Parti enquêter au Mali et en Côte d’Ivoire, notre confrère Miki Mistrati en a ramené des preuves accablantes. Des images filmées en caméra cachée dans les plantations confirment le calvaire que vivent des milliers d’enfants, parfois enlevés de force dans leurs villages, pour être revendus aux exploitants des plantations de cacao en Côte d’Ivoire.
Des enfants esclaves qui récoltent des fèves de cacao
«On voit tous les jours des enfants partir de la gare routière»,témoigne Idrissa Kanté, Secrétaire général du syndicat des chauffeurs de bus de Cissako au Mali.
«Les trafiquants transportent entre deux et quinze enfants par voyage»,précise un chauffeur d’autocar qui conduit les enfants maliens jusqu’à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire. «La bas, ils disposent d’un lieu où les enfants sont retenus avant d’être vendus aux fermiers»,explique-t-il. Lire la suite sur le site de francetvinfo

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias