CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

L'Assemblée Nationale

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Revue de presse > 24 octobre 2015

Rencontre avec Urmila, ex-domestique esclave

Karen Lajon rencontré Urmila, 26 ans, ancienne "kamalari", une domestique esclave. La jeune femme parée de ses plus beaux atours népalais, s'est prêtée au jeu des interviews, avec une générosité exemplaire.

"(...) Urmila a six ans. On l'imagine très petite, menue et peut-être même un peu espiègle. Que peut-il bien lui arriver, alors que ses parents l'aiment et qu'elle dépend d’une fratrie de sept personnes? Le pire, voilà ce qui va advenir. "Nous étions si pauvre, pas de terre, pas d’argent, pas de nourriture et mon père est tombé malade. La seule façon pour lui d'aller à l'hôpital était de me 'prêter' en servante à une famille qui plus aisée".

Les frais seront payés. Soixante-deux millions de filles sont toujours privées d’éducation à travers le monde, rappelle l’ONG Plan International. Il y aurait près de 15,5 millions d’enfants esclaves domestiques, parmi lesquelles 70% de filles âgées de 5 à 17 ans. Au Népal, ces enfants issus des couches les plus défavorisées de la population, sont désignés sous le terme de "kamalari". Ils sont "vendus ou prêtes" pour une somme dérisoire. Urmila, qui est devenue la Présidente d’un forum de kamalari qui compte quelques 13.000 membres, est fière de pouvoir dire que depuis qu’elle est libre, elle a contribué à sauver, avec l‘aide de l"ONG, 3.775 domestiques esclaves.

"(....) Le bagne domestique est instauré. "Le 'Master' parlait népalais, je ne comprenais rien et il me hurlait dessus quand il prononçait mon nom." Aller chercher de l’eau, cinquante-cinq minutes, aller-retour. Emmener les enfants de la maison, à l’école. Il n'y en aura jamais pour Urmila.
"(...) Puis elle est donnée à quelqu'un d'autre. Une "Mistress", une politicienne. Une combinaison qui devrait lui porter chance. Une femme pourrait-elle maltraiter un enfant qui plus est, quand elle parle de droit de devoir, de moral et de corruption. Eh bien si. Urmila, qui a maintenant 14 ans, doit cuisiner cinq plats par jour et si un déplaît à la "Mistress", il est immédiatement jeté à la poubelle....
Lire l'intégralité de l'article sur LE JDD.fr
  
0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias