CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

S. (photo Marie Dorigny in Esclaves Encore)

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Evènements > CCEM Sciences Po

  1. Les "nouveaux visages de l'esclavage" ont fait le 6 mai 2015 l'objet d'un colloque à Sciences Po Paris à l'initiative de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme, du Secours Catholique et du Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" en présence de la Garde des Sceaux. Le CCEM y participait : Henriette Akofé, qui fut une jeune esclave domestique à Paris dans les années 1990 avant d'être prise en charge par le CCEM a raconté son douloureux parcours à la tribune. Le CCEM l'a accompagnée dans de multiples procès jusque devant la Cour européenne des droits de l'Homme où la France a été condamnée en 2005.
  2. Dans son intervention, la Garde des Sceaux, Mme Christine Taubira, a notamment reconnu que, bien que le terme "esclavage moderne" la "heurte car ces pratiques sont archaïques", il s'agit bien d'une réalité du monde d'aujourd'hui. Ce que le ministère de la Justice a réaffirmé dans un communiqué de presse le lendemain: "167 ans après l’abolition officielle de la traite des êtres humains, il s’agit toujours d’un mal moderne. C’est pourquoi la garde des Sceaux estime nécessaire la juxtaposition des termes « esclavage » et « moderne ».
  3. Ce colloque, sous la présidence de Christine Lazerges, présidente de la CNCDH, était organisé un an après le lancement du Plan d'action national de lutte contre la traite des êtres humains à l'occasion de la sortie du livre «Les nouveaux visages de l’esclavage» publié sous l'égide du Collectif Ensemble contre la traite des êtres humains.
  4. Devant un amphithéâtre plein, les intervenants ont notamment présenté une mise en perspective historique de l'esclavage moderne (Pap Ndiaye, directeur du Département d’histoire de Sciences Po), le rôle de la société civile (Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique - Caritas France), la mission interministérielle chargée de la mise en œuvre du Plan d’action contre la traite des êtres humains ( Elisabeth Moiron-Braud, secrétaire générale de la MIPROF), et le livre «Les nouveaux visages de l’esclavage» (Geneviève Colas, Louis Guinamard). Nicolas Le Coz (président du groupe d’experts du Conseil de l’Europe contre la traite des êtres humains, le GRETA) a conclu le colloque. Henriette Akofe, qui a subi en France des années de servitude domestique avant d'être accompagnée par le CCEM devant les tribunaux pour faire juger ses exploiteurs, a témoigné à la tribune de la réalité de l'esclavage domestique en France. Son affaire, portée par le CCEM devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme, a abouti à la première condamnation de la France par la CEDH.
  5. Associations membres du Collectif « Ensemble contre la traite des êtres humains » : Action Catholique des Femmes, Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme, AFJ, Agir Contre la Prostitution des Enfants, Amicale du Nid, Armée du Salut, Association Jeunes Errants, Association pour la Réadaptation Sociale, Comité Contre l’Esclavage Moderne, Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine, Congrégation Notre Dame de Charité du Bon Pasteur, Conseil Français des Associations pour les Droits de l’Enfant, ECPAT France, Fédération de l’Entraide Protestante, Fondation Jean et Jeanne Scelles, Hors la rue, Justice et Paix France, Les Champs de Booz, Mouvement du Nid, Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne, Planète Enfants, SOS Esclaves, Secours Catholique - Caritas France.
  6. Le livre « Les nouveaux visages de l’esclavage » révèle les formes actuelles de la traite des êtres humains et montre qu’on peut combattre ce fléau. Ici et ailleurs. La traite des êtres humains n’appartient pas seulement à l’histoire. Elle n’existe pas seulement dans des pays non démocratiques : femmes prostituées sur les trottoirs de Paris ; « petites bonnes » reléguées à une existence d’ustensile ; migrants sous-payés, trimant dans des exploitations agricoles peu regardantes, jeunes migrants attirés par une carrière sportive ; enfants forcés à mendier ou à voler… Une économie souterraine et prospère se nourrit de cette traite en France et ailleurs. 
  7. Les nouveaux visages de l'esclavage, auteur : Louis Guinamard, sous la direction de Geneviève Colas Secours Catholique Caritas France . Les Editions de l'Atelier  (217p ) prix : 13 euros


0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias