CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Affiche Agence 6eme millenaire.

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Revue de presse > 10 octobre 2014

Kailash Satyarthi, le libérateur des enfants esclaves : co-prix Nobel de la paix 2014, l’Indien Kailash Satyarthi organise des opérations commandos pour libérer des milliers d’enfants réduits en esclavage dans les usines du pays. En désignant la Pakistanaise Malala et l’Indien Kailash Satyarthi prix Noble de la paix 2014, le jury a voulu mettre l’accent sur le droit à l’éducation des enfants toujours malmené dans le sous-continent indien. À sa façon, chacun des deux lauréats défend cette idée.

Beaucoup moins connu que Malala, l’Indien Kailash Satyarthi a pourtant une légitimité incontestable en la matière. Agé de 60 ans, l’homme se consacre depuis trois décennies à la lutte contre le travail forcé des mineurs qui toucherait dix millions de personnes dans son pays. 

Pour militer en faveur des déshérités, Kailash Satyarthi a renoncé à tout : sa carrière d’ingénieur, sa caste brahmane dont il dénonce les privilèges et même son vrai nom (Satyarthi veut dire « chercheur de vérité »). Après avoir mené un combat anti-castes, créé des syndicats dans l’industrie minière et la briqueterie, il s’est consacré principalement à l’exploitation des enfants dans les usines du pays, notamment les fabricants de pays qui utilisent cette main-d’œuvre contrainte de travailler pour régler les dettes de leurs parents. Au cours des années 1990, son action aboutit à l’annulation de commandes par l’industrie européenne. L’homme devient la cible des patrons bourreaux. Appels menaçants, cambriolages suspects, agressions verbales ou physiques : Kailash Satyarthi est même roué de coups en 2004 par des propriétaires d’un cirque indien exploitant des petites Népalaises.

Lire la suite de l'article d'Olivier Talles sur le site de La Croix 


0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias