CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Libération de Mehret/ image France2/ 1996

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Evènements > ACTUALITE CCEM

     Regardez le reportage de France 3 Normandie avec le témoignage de l'avocat de la victime, Me David Desgranges, membre du Conseil d'administration du CCEM.

Le 18 février 2013 la Cour d'Appel de Caen a reconnu comme relevant de la traite des êtres humains le sort réservé à un réfugié cambodgien dans un petit haras de Normandie
     La Cour  a alourdi la peine à laquelle avait été condamnée Mme Sandrine Buga, propriétaire d'un petit haras en Normandie. Elle est désormais condamnée à un an de prison avec sursis ( au lieu de six mois lors du jugement du Tribunal de Grande Instance de Lisieux ) et, sur le plan civil, l'infraction de traite des êtres humains a été reconnue comme le CCEM l'avait demandé en vain  lors du premier procès à Lisieux. Elle devra verser 12 000 euros de dommages et intérêts.
      La victime, M. Sok K., né en 1963 au Cambodge, a fui le régime des Khmers rouges dans les années 1970, après avoir perdu toute se famille. Il a obtenu l’asile politique en France en 1981. Il a été pris en charge par le CCEM en février 2010. M. Sok K. ne sait ni lire ni écrire le français. Il s’exprime avec de très grandes difficultés. Ses problèmes d’élocution se sont encore aggravés après l’extraction récente de toutes ses dents, rendue nécessaire par l’absence de soins dentaires ces dernières années.

De 2004 à 2010, M. Sok K. a vécu une situation dramatique en Normandie à Bieville Quittieville (Calvados). Après avoir aménagé un manoir acheté par Mmes B. et C.pour le transformer en haras, il a été chargé de son entretien. Il y a travaillé douze heures par jour tous les jours sauf le dimanche après midi, mais il doit quand même ce jour là rentrer les chevaux. Logé dans un ancien garage réaménagé, il a l’interdiction d’utiliser le chauffage.Souffrant de douleurs dentaires insupportables, et devant le refus de ses employeurs de le conduire chez un dentiste, il s’est arraché lui même plusieurs dents avec une pince.


     

3 commentaires
Ajouter un commentaire
Imprimer
kikipic59
10 mai 2013 @ 19:00
cE QUI EST ENCORE PLUS CHOQUANT ET HONTEUX CAR C'EST LA JUSTICE FRANCAISE!!! C'EST CETTE SOMME DE DOMMAGES ET INTERETS.
bibi
22 septembre 2013 @ 14:01
C'est pas cher payé pour toute la souffrance morale et physique qu'a enduré monsieur Sok, je trouve. Comme mon dernier employeur qui m'a licenciée en 2006. Il m'avait embauchée en 1999 pour faire du secrétariat à deux endroits différents (deux mi-temps) mais qui me faisait faire en plus le ménage. Malgré la décision des Prud'hommes de Paris qui avait déclaré mon licenciement comme abusif, mon employeur (un syndicat) ne m'a jamais versé mes indemnités depuis 2007, date du jugement prud'homal.
corneille
07 novembre 2013 @ 11:38
je pense que nous devons lutter ensemble contre la pratique d'esclavage moderne aussi dans mon pays la RD CONGO
le partenaire des médias