CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

OIT: 40 millions d'esclaves dans le monde

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

L'Assemblée Nationale

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Evènements > Actualité CCEM

   La servitude pour dettes, le servage et le travail forcé, la traite des êtres humains et la traite aux fins du prélèvement d'organes, l'exploitation sexuelle, les pires formes de travail des enfants, les mariages forcés, la vente d'épouses, le lévirat (un type particulier de mariage où le frère d'un défunt épouse la veuve de son frère) et le recrutement forcé d'enfants dans les conflits armés sont autant de formes d'esclavage qui sont pratiquées de nos jours. Tous ces actes sont criminels et constituent des violations flagrantes des droits de l'homme, selon le Secrétaire général, M. Ban Ki-Moon.

     « Pour éliminer les formes contemporaines d'esclavage, nous avons besoin de nouvelles stratégies et de mesures qui pourront unir tous les acteurs. S'il est vrai que cette tâche incombe au premier chef aux gouvernements, le secteur privé n'en a pas moins son rôle à jouer », a estimé M. Ban Ki-Moon.

     « Je me félicite que cette initiative ait reçu un vaste soutien de la part du secteur privé. L'obligation de respecter les droits de l'homme qui s'impose aux entreprises implique notamment que celles-ci doivent veiller à ce que leurs activités ne soient pas la cause de formes contemporaines d'esclavage sur le lieu du travail ou n'y contribuent pas, et prendre des mesures pour mettre un terme à ces pratiques », a souligné Ban Ki-Moon

     L'Initiative mondiale de lutte contre la traite des êtres humains rassemble l'Organisation internationale du travail (OIT), le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF)), l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l'Organisation internationale pour la migration (OIM) et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Lire l'article en entier

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias