CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

Madame Tazi.Docu fiction

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Affiche Agence 6eme millenaire.

› Voir toutes les photos

Accueil > L'actualité > Revue de presse > 27 octobre 2016

L'Italie veut mettre fin à l'esclavagisme dans ses campagnes

Entre 300.000 et 400.000 travailleurs agricoles sous-payés, principalement des immigrés africains précaires, sont employés pour la récolte de fruits et de légumes.

Jusqu'à six ans de prison et de lourdes amendes pour les «caporaux» qui réduisent en servitude la main-d'œuvre agricole, doublés d'un contrôle judiciaire sur les exploitations qui recourent à cette forme d'esclavage. Rome a décidé de mettre un terme à ce trafic particulièrement odieux. Une loi vient d'être adoptée par la Chambre des députés. Selon les syndicats, entre 300.000 et 400.000 travailleurs agricoles, en grande majorité des immigrés africains au statut précaire, sont employés dans les campagnes pour la récolte de fruits et de légumes. Recrutés par des intermédiaires illicites, ils sont payés trois euros de l'heure pour des journées de huit à dix heures. Desquels il faut soustraire, quand ils sont payés, trois à cinq à euros par jour pour leur transport aux champs et autant pour un «logement» de fortune, bien souvent de sordides taudis, sans cuisine ni sanitaire. Ces intermédiaires qui n'hésitent pas à recourir à la violence se font appeler des «caporaux». D'où le nom du système, «caporalato» qui s'est développé avec la crise.

lire la suite sur le site du Figaro

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Imprimer
le partenaire des médias