CCEM

107, avenue Parmentier 75011 PARIS
Tél.: 01 44 52 88 90 NOUS CONTACTER

S'inscrire à la newsletter :

Fermer Contrôle de sécurité
Entrez les numéros ci-contre:

Galerie Vidéos

Madame Tazi.Docu fiction

› Voir toutes les vidéos

Galerie Photos

Affiche familles d'accueil

› Voir toutes les photos

Accueil > Qui sommes nous > Missions

 Le CCEM se bat contre toutes les formes d’esclavage, de servitude et de traite des êtres humains. Il se fonde sur l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme: "Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude. L'esclavage et la traite des esclaves sont interdites sous toutes leurs formes"

     Le Comité contre l'esclavage moderne aide en France les victimes d'esclavage domestique et de travail forcé. Depuis sa création, il a porté secours en France à plus de cinq cents personnes, en très grande majorité des femmes. Il agit aussi en France, en Europe et aux Nations Unies pour faire avancer la lutte contre la traite des êtres humains.  

 

A chacune des victimes, il propose un accompagnement...

juridique : Ses juristes aident les victimes, accompagnées par des avocats bénévoles qui les défendent au cours des procès, à avoir accès à des procédures pénales, prud'homales et/ou civiles, pouvant aller jusqu’à des recours devant la Cour Européenne des Droits de l’homme.

social : Les personnes prises en charge sont accueillies et aidées pour trouver un hébergement. Elles bénéficient d’un suivi médical et psychologique ainsi que d’un accompagnement socio-éducatif.

administratif : Le CCEM accompagne les démarches des victimes auprès des préfectures, des consulats et des organismes publics

     Le Comité contre l'esclavage moderne s'appuie sur une équipe de permanents et sur un réseau de bénévoles : avocats, psychologues, traducteurs, médecins, étudiants ou retraités, tous motivés par un profond attachement aux droits humains fondamentaux.

       Le CCEM travaille avec des  partenaires, en France et à l'étranger (  voir "En savoir plus")

2 commentaires
Ajouter un commentaire
Imprimer
UVLR
24 janvier 2012 @ 11:17
La Déclaration des droits de l'homme n'a pas de valeur juridique. Par contre, l'article 8 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques est applicable par tous les peuples, toutes les cultures, toutes les religions et toutes les idéologies conformément à son article 5. Le site http://www.premiumorange.com/uvlr-2010/ tient compte de l'article 8 de ce Pacte.
Estelle
10 avril 2013 @ 11:26
Bonjour, La DUDH n'a pas de valeur normative, elle ne peut pas être invoquée devant une juridiction, ni utilisée par celle-ci pour rendre une décision. Par contre, l'Art. 8 du Pacte relatif au droits civils et politiques de 1966 a été ratifié par la France. Mais les dispositions de ce Pacte n'ont pas toujours d'effet direct. Ainsi, beaucoup plus efficace et invocable par tout justiciable, l'Art. 4 de la Convention européenne des droits de l'homme, pour lequel la France a déjà été condamnée (affaire Siliadin)
le partenaire des médias